Accueil>Coupe du Monde des Jeunes Bergers 2024 / World Young Shepherds Challenge 2024

Coupe du Monde des Jeunes Bergers 2024 / World Young Shepherds Challenge 2024

Paru le 30/04/2024
Ovinpiades mondiales, World Young Shepherd Challenge. 25 mai - 1er juin 2024

Ovinpiades mondiales 2024, World Young Shepherd Challenge 2024

 

Du samedi 25 mai au samedi 1er juin 2024
La France accueille la 3éme Coupe du Monde des Jeunes Bergers

 

Après 10 ans d’absence, la France relance les Ovinpiades mondiales. Une quinzaine de délégations étrangères participeront à la 3ème « Coupe du Monde des Jeunes Bergers ». Ainsi une trentaine de jeunes âgés de 18 à 23 ans, suivant une formation agricole ou déjà en activité, se disputeront le titre de Meilleur Jeune Berger du Monde du 25 mai au 1er juin 2024. Benoit Toutain, Meilleur Jeune Berger et la Iris Soucaze, Meilleure Jeune Bergère des Ovinpiades nationales 2024 auront l’honneur de porter les couleurs de la France pour cette compétition itinérante.

Après être accueillis à Paris, ils embarqueront dans un bus vers le Limousin, l’Aveyron, l’Auvergne, la Bourgogne et la Bergerie Nationale de Rambouillet pour découvrir la diversité de l’élevage ovin français. Ils retrouveront les épreuves mythiques des Ovinpiades nationales et quelques nouveautés comme la tonte et la pose de clôture mobile en quad.

 

Un concours français devenu mondial

En France, dans les prochaines années, plus d’1 éleveur de brebis sur 2 partira à la retraite. En 2023, seulement 49% de la viande ovine consommée sur le territoire y est produite, le reste est importé. Pour assurer le renouvellement des générations et le maintien de sa production, la filière ovine (lait et viande) cherche à recruter différents métiers : chefs d’exploitation, éleveurs, bergers, salariés… C’est pour cette raison qu’INTERBEV Ovins et l’ensemble de la filière ovine dans le cadre du programme Inn’Ovin organisent les Ovinpiades des Jeunes Bergers depuis 2005. Près de 1 000 jeunes suivant une formation dans l’un des 100 établissements agricoles participants concourent chaque année pour accéder à la finale nationale au Salon International de l’Agriculture à Paris.

À partir de 2009, les Ovinpiades se sont développées au niveau européen. En 2011, la Nouvelle-Zélande accueillait la 1ère Coupe du Monde des Jeunes Bergers à Oamaru. L’année suivante, les professionnels ovins décident alors de fonder l’Association Internationale pour créer un réseau dynamique de la formation agricole, favoriser les échanges entre les jeunes et l’installation de futurs éleveurs de brebis. Après avoir accueilli en septembre 2013 lors de Tech’Ovin à Bellac, la 5ème finale du Championnat Européen des Jeunes Bergers, la France organise la 2nde Coupe du Monde en marge du Sommet de l’élevage en Auvergne en 2014. Alors que le Championnat Européen est organisé chaque année lors de la finale nationale des Ovinpiades au Salon International de l’Agriculture, les Ovinpiades Mondiales font leur retour en France après 10 ans d’absence.

 

Aux 4 coins du monde, susciter des vocations et échanger

Lors de ce concours qui s’adresse aux jeunes âgés de 18 à 25 ans, suivant une formation agricole ou déjà en activité, le métier d’éleveur de brebis dévoile ses atouts pour susciter des vocations. En effet, tout comme la France, d’autres pays sont confrontés aux mêmes difficultés de renouvellement des éleveurs de brebis.

En organisant la Coupe du Monde des Jeunes Bergers, l’Association Internationale des Ovinpiades vise à favoriser les échanges autour du thème de la formation. D’autres actions sont proposées aux jeunes comme des bourses « coup de pouce » pour des stages individuels en production ovine ou des voyages d’études filière dans les pays moutonniers de l’Union européenne : Royaume-Uni, Irlande, Europe de l’Est, Italie, Espagne, etc… Les objectifs et intérêts de ces stages et voyages sont multiples : susciter l’intérêt des jeunes pour l’élevage ovin, découvrir et apprécier les modes de pratique des professionnels des filières ovines d’autres pays tous secteurs confondus, connaître les modes d’enseignement sur la thématique ovine chez les voisins européens, constituer un « carnet d’adresses » européen de la filière ovine… Près de 500 jeunes ont déjà pu bénéficier de ces fonds par le passé. En relançant les Ovinpiades mondiales, la France souhaite également relancer ce dispositif d’échange.

 

Une quinzaine de délégations en compétition

La France a invité des nations à forte tradition moutonnière du globe. L’Argentine, l’Arménie, l’Australie, la Belgique, le Bénin, le Canada, le Chili, la Côte d’Ivoire, l’Espagne, le Pérou, le Royaume-Uni et le Togo ont répondu à l’appel !

Chaque pays présentera 2 candidats. Fille ou garçon, ils devront avoir entre 18 et 25 ans et suivre une formation agricole ou être en activité depuis moins d’un an. Le Royaume-Uni présentera 2 filles et 2 garçons, chacun représentant une des 4 nations du royaume. Au total, 28 candidats originaires de 14 pays tenteront leur chance pour remporter le titre de Meilleur Jeune Berger du Monde.

 

1 semaine de compétition, 7 épreuves…

Les Ovinpiades des Jeunes Bergers sont une invitation à découvrir le métier d’éleveur de brebis de l’intérieur, à travers des gestes concrets. La compétition mondiale poursuit la tradition en reprenant les épreuves mythiques de la finale nationale, mais pimente l’expérience en ajoutant 2 nouvelles épreuves emblématiques : la tonte et la pose de clôture en quad.

/// Manipulation et évaluer l’état corporel d’un brebis

Après avoir attrapé une brebis, les candidats devront la contenir, évaluer la note d’état corporel et apprécier l’état de santé dans un temps limité : prise de température, observation de la 3ème paupière, de la dentition, des pieds et de la mamelle. Puis, ils devront la faire marcher le long d’un parcours balisé et l’asseoir dans une zone définie avant de la relâcher dans le parc d’attente. La précision et les techniques de notation et de manipulation sont évaluées en veillant à ne pas favoriser la force par rapport au savoir-faire.

/// Évaluer l’état d’engraissement des agneaux

Les candidats doivent donc être capables d’évaluer en un temps limité l’état d’engraissement et de finition de 3 agneaux. Ce sont des critères clés pour la rentabilité d’un élevage.

/// Trier les brebis avec un lecteur électronique

Les candidats auront pour mission d’isoler des brebis repérées parmi un lot de 15, en les faisant passer dans un couloir de contention pour lire les informations contenues dans leur boucle électronique, une technologie incontournable pour être à la pointe de la traçabilité.

/// Parer les onglons

A l’aide d’une cage de retournement qui facilite la manipulation des animaux, les candidats tailleront les onglons d’une brebis, une opération importante pour le bien-être et la santé de l’animal. Rapidité, précision du geste, manipulation de l’animal et respect des consignes de sécurité sont évalués.

/// Tondre

Les candidats devront tondre 3 brebis ; le temps mais aussi la technique et la finition seront pris en compte dans la notation.

/// Poser des clôtures mobiles en quad

Les candidats devront dérouler et mettre en place un filet pour délimiter un parc pour accueillir un troupeau de brebis en quad. Agilité et rapidité seront évaluées.

 

5 départements traversés

Afin de faire découvrir la diversité de l’élevage de brebis, il a été choisi de réaliser une compétition itinérante mêlant épreuves, visites et échanges. En fin de journée, un continent sera mis à l’honneur et présentera un sujet en particulier lié à son actualité.

/// JOUR 1 : Samedi 25 Mai 2024 

Arrivée des délégations et visite de Paris

/// JOUR 2 : Dimanche 26 Mai 2024 

Direction la ferme expérimentale du Mourier, le CiiRPO à Saint-Priest-Ligoure en Haute-Vienne.

Visites et activités surprises

/// JOUR 3 : Lundi 27 Mai 2024 

A 8h, la compétition débute avec les premières épreuves des Ovinpiades. Au programme : tonte et parage des onglons, suivi d’une visite de la ferme du Mourier.

En début d’après-midi, départ pour le Lycée Agricole La Cazotte de Saint-Affrique en Aveyron, fief de la brebis laitière de la race lacaune

/// JOUR 4 : Mardi 28 Mai 2024 

Visite d’une ferme ovine laitière et d’une cave de Roquefort, suivi d’activité conviviale proche de Millau.

/// JOUR 5 : Mercredi 29 Mai 2024 

Départ pour Fédatest à Mazeyrat-d’Allier en Haute-Loire. Station support du testage boucher pour cinq races ovines allaitantes (Blanche du Massif Central, Île de France, Berrichon du Cher, Suffolk et Rouge de l’Ouest), Fedatest est également une ferme où sont mis en place divers protocoles expérimentaux dont l’initiative provient des différents acteurs de la filière.

A 14h, la compétition se poursuit avec 2 nouvelles épreuves : état d’engraissement des agneaux et tri à l’aide d’un lecteur électronique.

/// JOUR 6 : Jeudi 30 Mai 2024 

Départ pour le Pôle Régional Ovin à Charolles en Saône et Loire. Berceau de la race de brebis Charollaise, ce centre permet d’expérimenter, de développer et d’apporter des référence technico-économiques pour les éleveurs installés ou en vue d’une installation. Il forme aussi des jeunes ou des adultes à la production ovine.

A 14h, les candidats réaliseront les épreuves de pose d’un filet et de manipulation, note d’état corporel et état de santé d’une brebis.

/// JOUR 7 : Vendredi 31 Mai 2024 

Départ à la bergerie nationale de Rambouillet dans les Yvelines, haut lieu de l’histoire des ovins en France. Une démonstration de découpe d’une carcasse d’agneau sera proposée avec la Confédération Française de la Boucherie, Boucherie-Charcuterie, Traiteurs (CFBCT) à 18h.

Suivra enfin la remise des prix à 19h, suivie d’un dîner pour clôturer cette compétition.

/// JOUR 8 : Samedi 1er Juin 2024 

Après une table ronde sur « le renouvellement des générations » à la Bergerie Nationale de Rambouillet et un déjeuner de clôture, il sera temps de se dire au revoir !

Partager cet article sur : Twitter Facebook