Accueil>Espace presse et actualités>Articles techniques>Semaine 43_2017 / Du maïs grain humide pour les brebis et les agneaux

Semaine 43_2017 / Du maïs grain humide pour les brebis et les agneaux

Le principe de conservation du maïs grain conservé en boudin est identique à celui d’un ensilage. Il repose sur un développement des bactéries lactiques et une conservation du maïs grain humide en l’absence d’oxygène. Lorsque les bactéries ont consommé l’oxygène enfermé lors de la mise en silo, les fermentations s’interrompent. La masse de maïs est ainsi stabilisée en l’absence d’entrée d’air dans le silo. Le pH se stabilise entre 4 et 4,5. Cette présentation du maïs nécessite les mêmes précautions que tous les modes de conservation sous forme humide. Il faut veiller à ce que le silo soit placé sur une aire propre, stabilisée et si possible bétonnée pour faciliter le dessilage journalier. Le silo doit être protégé des rongeurs et éventuellement des oiseaux particulièrement friands de ce produit. Quand le silo est ouvert, avancer de 10 cm minimum en hiver et 20 cm en été est indispensable pour éviter que le front d’attaque ne chauffe. Cela signifie qu’il faut avoir suffisamment d’animaux qui consomment en même temps. Les parties altérées, s’il y en a,  ne doivent en aucun cas être distribuées aux animaux.

 

La même valeur alimentaire qu’en sec

Un maïs grain humide correctement stocké ne s’altère pas. Ses valeurs énergétiques et azotées ne sont pas modifiées par rapport à un maïs grain sec. Pour calculer une ration, il suffit de se reporter au tableau d’équivalence ci-contre.

 

Tableau. Equivalence pondérale entre le maïs grain humide et le maïs sec

Humidité 26 % 28 % 30 % 32 % 34 % 36 %
Quantité de maïs grain humide pour un kg de maïs grain sec (kg) 1,15 1,18 1,21 1,25 1,29 1,33

¹Source : Arvalis-Institut du végétal,

 

A condition qu’il soit distribué quotidiennement et de respecter les conditions d’une bonne conservation indiquées ci-dessus, le maïs grain humide conservé en boudin peut faire partie de la ration de brebis à tous les stades physiologiques, d’agnelles et d’agneaux. Toutefois, le fait que le maïs soit broyé finement augmente les risques d’acidoses. Avec la finesse de broyage, la salivation peut diminuer, la dégradabilité dans le rumen est accélérée et l’acidité du rumen augmente. Cela peut être source de problème sanitaire, en particulier pour des agneaux alimentés à volonté.

 

 

Photo semaine 43-17 : pour calculer la ration, il suffit de majorer les quantités de maïs par rapport à une conservation en sec

Laurence Sagot (Institut de l’Elevage/CIIRPO)

Téléchargements

Semaine 43_2017 / Du maïs grain humide pour les brebis et les agneaux

Image-Semaine 43_2017

Partager cet article sur : TwitterFacebook